Sainte Catherine et les couturières

Un peu d’Histoire ne fait pas de mal. Nous sommes le 25 novembre et c’est la fête des femmes célibataires mais aussi des couturières ! Vous ne le saviez peut-être pas alors n’hésitez pas à appeler vos copines petites mains, vous avez la journée. Si elles vous demandent pourquoi, voici quelques explications.

catherinette

L’étymologie grecque est katharos qui veut dire pur. Catherine, qui aurait vécu aux III et IV siècles, fille d’un roi de Chypre et martyrisée à Alexandrie. Patronne des Ecoliers, elle devient celle des fileuses, des cousettes et des modistes, puis de toutes les jeunes filles. La tradition situe sa naissance à Alexandrie et date sa mort, à dix-huit ans, dans la même ville, vers l’an 307.

L’histoire de la statue
Les filles de 25 ans qui n’étaient pas mariées portaient des tenues et des chapeaux originaux pour se rendre à la statue de Sainte Catherine. Sur place, elles la recouvrait de fleurs, rubans puis, celles qui voulaient trouver un mari se rendaient au bal, coiffées de chapeaux toujours extravagants. Un moyen de se faire remarquer…Surmonté d’objets représentant la personnalité ou les activités professionnelles et privées de la jeune fille, le chapeau, est confectionné par les proches.

L’histoire des épingles
La jeune femme, la plus âgée ou la plus émérite, coiffe alors la sainte d’une couronne ou d’un voile. À 25 ans, elle plante une épingle sur la statue de la sainte, cela signifie qu’elle quitte le groupe des filles à marier. À 30 ans, une deuxième épingle annonce une transition. À 35 ans, la dernière épingle signifie l’entrée dans la classe des vieilles filles, l’espoir de se marier est définitivement perdu.

Dans tous les cas, la confection avait un rôle important lors ces journées et les couturières devaient s’activer.

Aujourd’hui encore, on célèbre les Catherine ou « Les Catherinettes ». Depuis le début du XX iéme siècle, elles se font offrir un chapeau jaune et vert. Le vert symbolise la jeunesse et l’espérance de trouver un mari, et le jaune symbolise la foi et le temps qui passe. Par extension, le 25 novembre est donc devenu la fête des Catherinettes mais aussi des couturières…D’ailleurs, dans la couture, on dit que celles qui n’ont pas de mari à 25 ans sont mariées à l’aiguille

 

 

(627)

Laisser une réponse